Esprit

substantif masculin


  • Souffle.
  • Souffle vital, principe de vie.
  • Mourir.
  • Souffle caractéristique d’une certaine prononciation de l’initiale vocalique (…)”
  • Attaque aspirée de l’initiale vocalique.
  • Attaque non aspirée de l’initiale vocalique.
  • Signe [esprit doux
  • Souffle provenant de Dieu, en particulier souffle créateur, action créatrice et bienfaisante de Dieu.
  • Inspiration d’origine divine.
  • (…) se disait, entre les puritains, d’un recueillement mental de dévotion où l’on attendait quelque inspiration du Seigneur”
  • Troisième personne de la Sainte Trinité, procédant du Père et du Fils.
  • Dimanche de la Pentecôte.
  • Représentation du Saint-Esprit.
  • Substance, émanation de certains corps comparables, par leur subtilité, au vent, au souffle de la respiration, à une flamme.
  • Essence, vapeur subtile; émanation odorante.
  • Substance liquide volatile obtenue par distillation.
  • (…) alcoolats employés en parfumerie, et surtout pour la fabrication des liqueurs : esprit ou alcoolat de fleur d’oranger, de lavande, etc.”
  • Syn. d’alcool méthylique”
  • Acide chlorhydrique.
  • Syn. désuet d’anhydride sulfureux”
  • Syn. d’acide sulfureux”
  • Sous-carbonate d’ammoniaque obtenu par distillation de cette substance
  • Alcool éthylique.
  • Alcool très rectifié
  • Les liqueurs alcooliques
  • (…) alcools chargés, par la distillation de substances aromatiques, de principes médicamenteux, de drogues simples, etc.”
  • Éléments d’une matière très subtile, légère, chaude, mobile et invisible, considérés comme les agents de la vie et du sentiment qu’ils portent dans les différentes parties du corps qu’ils animent.
  • La peur paralyse, fige.
  • Perdre connaissance, s’évanouir.
  • Être très troublé par quelque violente émotion.
  • Reprendre connaissance, revenir à soi.
  • Se reprendre, se remettre, se ressaisir après quelque violente émotion.
  • Principe immatériel.
  • Substance incorporelle.
  • Spirituellement.
  • Avoir une vision qui transporte l’âme dans les régions célestes”
  • Ceux qui, acceptant ou choisissant de vivre dans une pauvreté qu’ils assument pleinement dans l’esprit de renonciation de l’Évangile, sont aimés de Dieu.
  • Âmes des saints qui jouissent, au Paradis, du bonheur éternel.
  • Être incorporel conscient de lui-même, de son existence, et doué d’une vie psychique, en particulier d’intelligence et de volonté.
  • Être humain qui n’est pas soumis à certaines contingences d’ordre physique ou matériel, ou qui affecte de ne pas l’être.
  • Divinité.
  • Dieu*.
  • Être incorporel inférieur à la divinité, unique ou principale, mais supérieur à l’homme.
  • Le diable, le démon, Satan*.
  • Inspiration provenant de Satan.
  • Ce n’est point l’esprit de Dieu qui agit en lui, c’est l’esprit du démon”
  • Mauvais ange*, ange déchu, démon.
  • Être incorporel inférieur aux dieux principaux, supérieur à l’homme, représentant selon les cas la puissance immanente à certains phénomènes naturels, ou certains objets, certains animaux, certains défunts, etc., et auquel on attribue une influence sur la destinée des hommes; divinité, dieu secondaire.
  • Être imaginaire, légendaire, le plus souvent inspiré du paganisme, des mythologies, des croyances magiques.
  • Génie supposé attaché à une personne pour l’inspirer et la guider.
  • Lutin supposé attaché à une personne ou une maison et que la croyance populaire considère plus rusé que malveillant.
  • Esprit supposé habiter l’intérieur igné de la terre par les adeptes moyenâgeux de la magie qui lui donnèrent le nom de la salamandre à laquelle on attribuait alors la faculté de vivre dans le feu.
  • Âme des défunts désincarnée après la mort sans être devenue tout à fait immatérielle et qui se manifeste auprès des vivants, leur parle, leur apparaît.
  • Âmes des morts qui manifestent leur présence et expriment leurs volontés en frappant un certain nombre de coups.
  • Principe de la pensée et de l’activité réfléchie de l’homme.
  • La substance pensante, la réalité pensante, sujet de la connaissance.
  • Conception abstraite et toute théorique ne s’appuyant pas suffisamment sur le réel.
  • Principe de la vie psychique; ensemble des facultés psychologiques tant affectives qu’intellectuelles.
  • Manière d’être, à un certain moment, qui détermine une façon de voir les choses et de se comporter.
  • Manière d’envisager les choses, d’agir et d’être, caractéristique d’une personne.
  • Promptitude à agir, à parler avec à-propos.
  • Par la pensée, par l’imagination.
  • État d’âme passager, humeur momentanée, disposition intérieure particulière.
  • Être/ne pas être dans de bonnes dispositions pour…
  • Prendre la décision bien arrêtée de + inf.
  • Lui donner une bonne opinion de soi.
  • Faire perdre à quelqu’un la confiance, l’estime de quelqu’un.
  • Lui inspirer de l’animosité contre quelqu’un
  • Intention, point de vue particulier déterminant une attitude, une action ponctuelle.
  • Avec une idée de…, dans une intention de…, dans un but de…
  • Dans une intention…, d’un point de vue…
  • C’est sous cet angle, dans cette perspective, de ce point de vue que…
  • Mémoire.
  • Attention, application mentale.
  • Imagination.
  • Principe de l’activité intellectuelle.
  • La personne même, du point de vue intellectuel.
  • Esprit supérieur, élevé et de large envergure.
  • Personne douée d’un tel esprit
  • Esprit médiocre, mesquin.
  • Personne douée d’un tel esprit
  • Personne dont les facultés intellectuelles ne se sont pas développées normalement et qui souffre d’arriération ou de débilité mentale.
  • Esprit au raisonnement rigoureux, au jugement sain.
  • Capacité de l’esprit de porter des jugements sains, de bon sens
  • Avoir la perspicacité, l’intelligence de + inf.
  • Finesse et distinction de l’intelligence jointe à la culture des belles-lettres.
  • Chercher, avec affectation, à paraître brillant, spirituel.
  • Personne qui croit faire preuve de force d’esprit en se situant au-dessus des croyances religieuses
  • Personne qui se place au-dessus des idées communément reçues.
  • Avoir l’intelligence de (+ inf.), être assez intelligent pour (+ inf.).
  • Disposition intellectuelle dominante déterminant l’orientation de l’intelligence lorsqu’elle s’applique à un objet.
  • Aptitude au raisonnement logique, déductif.
  • Intuition synthétique, inspiration.
  • Valeur intellectuelle.
  • Personne douée de qualités d’esprit et de cœur particulières, cultivée, au goût excellent.
  • Ouvrage littéraire.
  • Forme d’intelligence aiguë, vive et mordante, qui excelle dans l’art d’opérer des rapprochements inattendus et drôles, dans l’art d’exposer des idées, de converser avec une verve piquante pleine d’ingénieuses saillies.
  • Pensée fine et ingénieuse, pointe, saillie.
  • Salon dans lequel évoluent des personnes pleines d’esprit.
  • Pensée à la fois fausse et recherchée
  • Avoir beaucoup d’esprit en toutes circonstances, jusque dans les moindres choses.
  • Vouloir absolument se montrer spirituel, chercher avec affectation à faire preuve d’esprit
  • L’esprit est chose commune, chacun se pique d’en avoir.
  • Se dit d’un enfant qui a beaucoup d’esprit, et, plus souvent ironiquement, d’un enfant qui n’a guère de dispositions.
  • (…) l’amour fait venir l’esprit aux filles”
  • Principe de pensée et d’action.
  • Disposition psychique dominante d’une personne ou d’un groupe, déterminant le choix d’une attitude et l’orientation de l’action.
  • Continuité, suite dans une idée, une attitude, une action.
  • Attachement borné, excessif à son village, à sa ville.
  • Sans avoir l’intention de revenir.
  • Disposition intérieure à l’abnégation qui porte à se dévouer, à se sacrifier pour autrui.
  • Être naturellement enclin à apprécier, juger les intentions ou les actes d’autrui avec bienveillance; accepter de bonne grâce une autorité, une discipline.
  • Être enclin à apprécier, juger les intentions ou les actes d’autrui avec malveillance
    (fam.
  • Ensemble des dispositions psychiques dominantes qui déterminent et caractérisent les sentiments et les actions d’une personne ou d’un groupe social.
  • Humeur égale, manières affables, habitudes de souplesse et de ménagement”
  • (…) salon, réunion dont les habitués paraissent avoir la prétention de diriger l’opinion en fait de politique”
  • (…) s’est dit d’une division du ministère de l’intérieur ou de la police où l’on s’occupe de faire ou de diriger l’esprit public par des pièces de théâtre, des fêtes, par la presse, etc.”
  • Ensemble des tendances générales caractéristiques du temps, de l’époque, du siècle.
  • Avoir la connaissance, la conscience des idées, des sentiments, des façons d’être et d’agir qui sont ordinairement considérés comme convenant à son âge ou à sa situation, et s’y conformer.
  • Pensée dominante, idée centrale, principe qui anime une œuvre et lui donne son sens profond; inspiration dominante et caractéristique d’un auteur, essence de sa pensée.
  • Tendance dominante, orientation générale, intention principale.
  • C’est au sens profond d’un texte qu’il y a lieu de s’attacher, et non à son sens littéral, apparent, à sa forme.
  • Recueil de textes et de pensées extraits de l’œuvre d’un auteur pour faire connaître et comprendre l’essence de sa pensée.