Atypique

adjectif


« Bien atypique, à visiter rapidement ». Peut-être avez-vous déjà croisé ce genre d’annonce immobilière en vous demandant ce que pouvait bien cacher ce terme ? Peu usité certes, mais néanmoins facile à comprendre, il recouvre souvent une réalité étonnante.

Apparu au tout début du XIXeme siècle, cet adjectif formé par dérivation se subdivise en trois parties : un préfixe a-, un radical typ- et un suffixe –ique. Ce préfixe de type privatif signifie que la définition du mot sera placée sous le signe de la négation. Si l’on prend un terme plus courant comme « anormal », on en déduira qu’il désigne par exemple un fait « qui n’est pas normal ». Il en est de même pour l’adjectif « atypique » qui s’appliquera à quelque chose « qui n’est pas typique ». Mais qu’entendre par là ?

Le type est l’ensemble des qualités physiques ou morales, de propriétés attribuées à des individus ou à des objets. En cela, il constitue un standard, une norme, un modèle, quelque chose de générique s’appliquant à une large classe d’items ou de personnes. Pour bien saisir son sens, on pourrait prendre l’exemple d’une grand-mère et des images d’épinal, des clichés qui y sont associés. Une mamie typique, dans l’imaginaire collectif, tricote et fait des confitures ; or, si je dis que je connais une aïeule qui revient du salon de son tatoueur ou de son cours de parachute, là je parle d’une grand-mère vraiment atypique, car elle déjoue les attentes qui lui sont généralement associées.

Dire de quelqu’un ou de quelque chose qu’il ou elle est atypique, c’est souligner son côté hors norme, exceptionnel (littéralement « qui fait exception, qui est extra-ordinaire »). Souvent le type renvoie à une image idéale, un canon, par exemple le type du mannequin ou d’une belle fille évoquera une silhouette longiligne aux mensurations délirantes pour le commun des mortels et de longs cheveux. Un mannequin atypique sera alors peut-être une femme dont la beauté échappe à cette représentation communément admise en ayant un physique très pulpeux et une coupe à la garçonne. En s’éloignant de la pensée majoritaire, l’atypique peut aussi devenir synonyme d’anticonformiste.

Ainsi, le fameux « bien atypique » prôné par votre agence immobilière risque fort de s’éloigner de l’appartement de monsieur-et-madame-tout-le-monde et, à défaut de vous plaire, sera très certainement…surprenant !


Recherche