Taciturne

adjectif adverbe ,


Dans son livre Les Anonymes publié en 2008, l’écrivain britannique R.J. Ellory avançait que « les Chinois disent qu’un homme taciturne est un homme qui, soit ne sait rien, soit en sait tellement long qu’il n’a pas besoin de dire quoi que ce soit. » Dans les deux cas toutefois, cet exemple illustre bien ce que l’on peut entendre par le fait d’être « taciturne » : c’est rester silencieux.

Issu du latin classique taciturnus, l’adjectif « taciturne » est issu à l’origine du verbe tacere signifiant se taire. L’individu taciturne peut présenter ce trait de caractère de manière permanente, on dira alors de lui qu’il est taiseux, laconique, qu’il est morne. Le célèbre personnage de Tex Avery, Droopy, le chien morose, en est la parfaite incarnation lorsqu’il ponctue brièvement ses aventures animées de quelques mots lâchés sur un ton monocorde du bout des babines. Cette attitude peut parfois également être circonstanciée et n’intervenir qu’en fonction d’un contexte particulier. L’inculpé appréhendé dans une affaire policière peut se montrer tout à fait prolixe, c’est-à-dire bavard, en temps normal et afficher un comportement taciturne lors de son interrogatoire afin d’éviter de révéler des choses compromettantes.

Un autre adjectif, « tacite », existe également pour qualifier cette fois des inanimés. Tiré de l’adverbe de manière latin, tacite, il signifie « de manière silencieuse, sans bruit ». Souvent, les contrats d’abonnement à la salle de sport ou de téléphonie se font par « reconduction tacite », ce qui signifie que votre contrat se prolongera automatiquement d’une année sans que votre prestataire vous en avertisse.

Comme tous les tempéraments sont dans la nature, il existe bien entendu des termes antonymes à celui de « taciturne » désignant alors des personnes extraverties s’exprimant avec force débit, des moulins à paroles en somme. On est alors en présence d’individus loquaces, diserts, volubiles faisant preuve d’une faconde intarissable. Contrairement à eux, le taciturne n’a pas la « tchatche ».

Comme se surprenait à le constater Montesquieu dans sa 83e lettre persane « à propos de gens taciturnes, il y en a de beaucoup plus singuliers que ceux-là […] ce sont ceux qui savent parler pour ne rien dire. »


Recherche