Fanfaron

adjectif et substantif


Selon la définition du dictionnaire, le terme « fanfaron » est un adjectif dont le sens veut dire : « qui affecte la bravoure ; qui cherche à s’imposer par le verbe ou l’attitude en exagérant son mérite et son courage ». Un fanfaron est donc celui qui exprime très ouvertement des qualités qui lui sont propres et dont il n’est pas possible de vérifier la véracité et le bien-fondé. Plusieurs synonymes lui sont assimilés tels que vaniteux, hâbleur ou encore bravache.
Concernant l’étymologie du mot fanfaron, ses origines proviennent d’un mot arabe : « farfar » signifiant le fait d’être volage, inconstant et bavard. Fanfaron peut être également assimilé étymologiquement aux mots fanfaronnade, fanfare ou le verbe fanfaronner.
Un fanfaron se dit généralement d’une personne qui se vante et qui exagère sciemment ses mérites. Ce mot peut également retranscrire une attitude ou un comportement. Parler sur un ton fanfaron renvoie à une façon hautaine et supérieure de s’adresser à une autre personne. Le qualificatif fanfaron est très souvent employé de façon péjorative et semble laisser à penser que les prétendues qualités de l’individu à qui l’on associe ce mot sont une tromperie. Par exemple, « nous pensions qu’il avait du courage mais en fin de compte, ce n’était qu’un fanfaron ».

Le fanfaron en tant que personne est celui qui expose à l’autre de façon outrancière ses qualités ou ses actions qui peuvent être réelles comme imaginaires. Dans le Comte de Monte-Cristo d’Alexandre Dumas, par exemple peut se lire cette tirade : «Au pistolet, à huit heures du matin, au bois de Vincennes, dit Beauchamp, décontenancé, ne sachant pas s’il avait affaire à un fanfaron outrecuidant ou à un être surnaturel ».

De façon plus générale, le terme fanfaronnade définit l’attitude et le comportement du fanfaron. Nous pouvons ici notamment citer Walter Scott qui, dans son chef d’œuvre Ivanhoé, écrit cette phrase : « Chevalier, tout ceci n’est que fanfaronnade et vain exposé de ce que vous auriez fait si vous n’aviez jugé convenable d’agit autrement ».
La fanfaronnade est donc l’action du fanfaron, à savoir l’attitude caractérisée par les déclarations outrancières et dénuées de fondement de l’intéressé qu’il s’évertue à crier sur tous les toits. Il est bon de souligner que la fanfaronnade et les propos tenus par le fanfaron ne concernent pas uniquement une série de qualités. Le fanfaron peut très bien s’attribuer des défauts, des fautes ou des crimes qu’il n’a pas commis ou effectué mais dont il s’en rend propriétaire.
Preuve de la dimension excessive et très médiatique des propos tenus par le fanfaron qu’il aime dispenser autour de lui, le mot fanfaronnade est également un air de trompette ou désigne une acclamation sonore et bruyante.

Moins usité mais présent dans la plupart des dictionnaires généraux, le terme fanfaronnerie désigne également le caractère du fanfaron mais son emploi est nettement plus rare.

Parmi les subtilités que possède ce terme aux multiples facettes, nous pouvons notamment citer l’expression de fanfaron du vice. Il s’agit là, pour celui qui en est caractérisé, d’une attitude ou d’un comportement consistant se vanter d’être pire que l’on ne l’est véritablement.

Exemples d’œuvres culturelles employant le terme fanfaron

De nombreuses œuvres ont utilisé le terme fanfaron dans leur titre et renvoient très directement à cette idée d’un être qui ne peut s’empêcher de dire ouvertement et de façon publique un certain nombre de mérite qu’il s’accorde. Parmi ces œuvres, nous pouvons notamment citer Le fanfaron (Il Sorpasso), film italien de Dino Risi sorti en 1962 avec Vittorio Gassman et Jean-Louis Trintignant. Ce long-métrage dépeint l’Italie des années 60 caractérisée par le miracle économique et la réussite. Le titre du film renvoie justement à l’attitude expansive et outrancière du héros joué par Vittorio Gassman. Exubérant et sans-gêne, il se liera d’amitié avec un jeune étudiant avec qui il se lancera dans un périple en voiture à travers l’Italie.

Autre œuvre reprenant dans son titre le fameux terme de fanfaron, le « soldat fanfaron » (Miles gloriosus en latin) est une comédie écrite par Plaute. Rédigé en 1437 environ, cette œuvre compte l’histoire de Pyrgopolinice, un mercenaire répondant à toutes les caractéristiques du fanfaron détaillées plus haut, vantard, imbus de lui-même et beau parleur qui enlève Philocomasie, une jeune femme amoureuse de son amant Pleusisclès. Cette comédie narre de quelle façon la personne enlevée va être secourue et arrachée des mains de Pyrgopolinice au moyen d’un stratagème élaboré par l’un des serviteurs de Pleusisclès.
Dans cette œuvre, le terme de soldat fanfaron désigne précisément un personnage type couramment employé dans la littérature. Le personnage de Pyrgopolinice répond parfaitement à la définition de fanfaron car il s’octroie des gloires et des prouesses guerrières qu’il n’a aucunement réalisé.

Quelques citations utilisant le terme fanfaron

Quelques citations emploient ce terme en ne manquant pas de souligner le coté vaniteux de la personne qui en est affublée :

Citation de Ménandre : « Le fanfaron n’échappe jamais à son châtiment ».

Citation de Victor Hugo : « Dans tout fanfaron il y a un fuyard ».

Deuxième citation de Victor Hugo dans son ouvrage Les misérables : « Quand on est un véritable homme, on se tient à égale distance de la fanfaronnerie et de la mièvrerie. Ni fier-à-bras, ni joli cœur ».

Citation de Paul Scarron : « Vous n’êtes qu’une fanfaronne, lui dit Dom Carlos ; vous défiez avec insolence et vous vous cachez huit jours pour ne paraître qu’à une fenêtre grillée ».

Figure littéraire très souvent utilisée dans les grands classiques de la littérature, le fanfaron et le caractère qui lui est assimilé fascinent par sa grandiloquence et la démesure de son comportement. Le fanfaron s’arroge des traits de personnalité, des exploits et des réalisations dont il est difficile de vérifier l’authenticité et la véracité. Ce qui fascine le plus chez le fanfaron est cette énergie et cette force qu’il emploie à rendre ces derniers connus de tous et affirmés avec une volonté farouche.

Sens

  • Qui affecte la bravoure; qui cherche à s’imposer par le verbe ou l’attitude en exagérant son mérite et son courage.
  • Personne qui affecte la bravoure, qui vante de façon outrancière ses qualités ou ses actions réelles ou imaginaires.
  • Faire le brave
  • Personne qui affecte avec ostentation des qualités ou des défauts qu’elle n’a pas.


A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Recherche