Versatile

adjectif


Versatile est un mot qui tire son origine étymologique du nom latin « versatilis », littéralement « mobile », lui-même dérivé du verbe « versare » qui signifie tourner, se retourner.
Son premier usage au 13ème siècle par Guillaume de Digulleville dans ses écrits ne reprend pourtant pas directement cette affiliation sémantique, puisqu’il l’emploie pour qualifier une épée à deux tranchants.
Il faut donc attendre l’année 1520 pour qu’il soit utilisé pour qualifier quelque chose qui est sujet à tourner. Dès 1590, il est repris au sens figuré par Michel de Montaigne dans ses Essais. En 1872, cet adjectif fait son entrée dans le domaine de la zoologie pour distinguer une particularité des oiseaux. Depuis, la primauté linguistique de l’anglais a induit des mésusages de ce terme en français.

Versatile appartient à la classe grammaticale des adjectifs. Il peut s’employer au masculin ou au féminin, en gardant la même forme. Le premier sens de ce mot, « qui tourne aisément » est aujourd’hui vieilli. Il s’appliquait aux choses ou à des événements comme dans cette citation de Jacques-Henri Bernardin de Saint Pierre datée de 1840 :«  Le pôle situé au détroit de Java étant plus entouré de mers se couvrit de plus de glaces que le pôle situé à l’isthme de Panama. Il s’inclina donc vers le soleil qui en fondit une partie jusqu’à ce que le pôle opposé, augmentant ses glaces et devenu plus pesant, se rapprochât du soleil à son tour. De ce mouvement versatile des deux pôles se forma celui qui nous donne les saisons. » Dans cet usage , on le remplacerait volontiers de nos jours par son synonyme, « alternatif »

L’emploi du terme « versatile » pour qualifier une personne, au sens figuré, s’il est plus récent, est beaucoup plus courant. Qu’est ce qu’une personne « qui se retourne ou qui tourne facilement » ? Et bien, c’est un individu qui change souvent d’opinion, voire dont le caractère est indécis. Difficile de compter sur un être qu’on pourrait décrire également comme instable, changeant, incertain, irrésolu, voire comme lunatique ou capricieux, et pour les plus poètes , comme ondoyant. Pour Jean-Jacques Rousseau, « un tempérament versatile [est un tempérament] qu’un vent impétueux agite, mais qui rentre dans le calme à l’instant que le vent ne souffle plus.» On peut trouver propos plus élogieux…
A noter que s’il est normalement utilisé comme adjectif, on peut parfois le trouver sous sa forme substantive.

Nous avons dit que dans le langage courant, « versatile » servait majoritairement à qualifier le caractère ou les actes d’un individu. Cependant, de plus en plus de personnes continuent à utiliser l’adjectif « versatile » pour parler d’une chose. En zoologie, ce terme a une signification spécifique. Appliqué au doigt interne des oiseaux, il se dit de celui-ci quand il est capable de se porter en avant ou en arrière. On retrouve bien là le sens premier du terme.
Mais dans d’autres domaines, on observe un glissement sémantique du mot « versatile ». Ainsi, utilisé dans l’armement militaire, le mot sert à qualifier un vecteur qui peut effectuer plusieurs sortes de missions simultanément. Le rapport avec l’origine latine n’est plus très flagrant. Et pour cause : il s’agit là d’une confusion avec l’anglais « versatile », qui, contrairement à son cousin français, offre deux significations : changeant et polyvalent. Ce mésusage est de plus en plus fréquent : nombre de produits techniques sont ainsi décrits comme étant “versatiles” pour vanter leurs mérites ! Sauf qu’un téléphone qui tourne sur lui-même, ce peut être drôle, mais ça n’en améliore en rien les performances ou les applications…

Être « versatile », ce n’est pas franchement une qualité. Voyons maintenant dans quels cas il peut être toutefois utile de se montrer incertain.
Nous sommes au soir de l’élection présidentielle. En compagnie de vos amis, vous soutenez le candidat Y à grands renforts de banderoles et de tee-shirts publicitaires, et assistez tout naturellement à la proclamation des résultats dans le quartier général de votre chouchou. Vient l’instant fatidique.
Pas de chance, le visage qui se profile sur l’écran de télévision est celui du candidat Z. Influencé par les sondages, vous avez encore une fois misé sur le mauvais cheval ! Toutefois, soucieux d’atteindre le plus rapidement possible les hautes sphères de l’état, vous décidez de retourner votre veste derechef et filez acheter un badge à l’effigie du candidat victorieux.
Bien-sûr subsistent quelques inconvénients à ce revirement : vous pourrez ensuite être qualififé de « versatile » voire d’opportuniste dans la presse à scandales par vos anciens alliés devenus vos adversaires politiques, mais rassurez-vous les faits prouvent que cela n’aura que peu d’incidence sur votre ascension politique. A vous les ministères prestigieux !

Prenons un autre exemple issu de la vie quotidienne cette fois :
Votre femme rentre de chez le coiffeur. Elle semble avoir fait une confiance aveugle en la coiffeuse, ignorant certainement que celle-ci venait de débuter son apprentissage et souffrait d’un léger strabisme. Résultat, votre chère et tendre ressemble à un bel épouvantail ravagé par un cyclone.
Évidemment, il vous faut lui dire ce que vous en pensez au risque de passer pour celui qui ne regarde plus sa femme après 20 ans de mariage
Votre union étant basée sur la franchise et l’honnêteté, vous tâtez le terrain prudemment d’un : « Ce n’est pas un peu court  ? », que vous jugez relativement neutre
Le regard noir que vous jette votre dulcinée vous fait comprendre que les chemins de la franchise ne sont pas à emprunter par tous les temps. Vous vous ravisez donc, rangez aux oubliettes l’image qui vous venez à l’esprit quand vous l’avez vue et la complimentez d’un « Je crois que l’actrice qui fait sensation en ce moment porte à peu près la même coupe. » Oui, c’est parfaitement faux ; qui voudrait d’un tas de paille mouillée en guise de chevelure ?, mais vous évitez la catastrophe et les bris de vaisselle. Ce soir, vous pourrez tranquillement regarder le match de football à la télévision. Votre coté versatile a sauvé votre soirée !
Finalement, il faut savoir rester malin et à l’affut ! Ne dit-on pas que seuls les imbéciles ne changent jamais d’avis ?


Recherche